La puissance du « oui »

 

    Vous entendez souvent en éducation positive que le « non » n’est pas un vrai apprentissage. Vous a-t-on expliqué pourquoi ?

    Tout simplement parce que lorsque vous dites « non » à votre chien, vous lui ordonnez d’interrompre un comportement, mais vous ne lui expliquez en rien, ce qu’il doit faire à la place, ou ce qu'il devra faire la prochaine fois que vous vous retrouverez tous les deux dans une situation similaire.

    Exemple : votre chien ramasse un mégot de cigarette dehors, vous criez « non ! », votre chien va -peut-être- lâcher sa trouvaille (dans le meilleur des cas), parce que le son de votre voix, et le ton utilisé, lui indique que vous n’êtes pas content (on ne va pas se mentir un « non » n’est jamais doux et agréable). Autre possibilité, il restera là près de sa trouvaille sans trop savoir quoi faire, et dans le pire des cas il l’avalera, parce que votre « non » ne lui indiquera pas réellement ce qu’il doit faire, et dans le doute … il le mangera !

    En bref vous l’aurez compris, derrière le « non ! » se cache tout et n’importe quoi. Alors pourquoi ne pas travailler au préalable un apprentissage comme « tu donnes ? » s’il l’a déjà en gueule, ou « tu laisses ? » s’il a simplement le regard dessus. Le « tu donnes ? » serait l’action de déposer dans votre main sa trouvaille, et le « tu laisses ? » pourrait lui demander de se détourner de cet objet si convoité. 

    Alors oui, demander un comportement à son chien, sous-entend que celui-ci a été travaillé au préalable. Il serait utopique de croire que votre chien qui n’a jamais entendu le « tu donnes ? » viendra gentiment poser dans votre main, un objet trouvé, si vous n’avez pas pris le temps de lui apprendre à le faire, si vous n’avez pas récompensé et renforcé cet apprentissage.

    J’ai dans mon langage courant, le « non » assez facile, c’est un mot que je répète souvent, et je n’en veux jamais à mes clients de l’utiliser également. Après tout c’est un mot courant de la langue française. En revanche avec mes chiens, je fais en sorte de leur demander des comportements connus, travaillés, avec un intitulé clair qui a été répété et renforcé, c’est la moindre des choses.

    Aujourd’hui j’aimerais qu’on s’occupe du « oui » qui à mon sens n’est encore pas assez utilisé au quotidien avec les chiens. Je sais que parmi ceux qui me liront, il y aura des personnes qui ont répété des « non » tout au long de la vie de leur chien, sans avoir de réels résultats. Je le sais parce que c’est ce que j’entends quotidiennement.

    Le principe même de l’éducation positive c’est de renforcer les bons comportements chez le chien, ils peuvent être spontanés et volontaires, ou bien le chien peut être amené à ce même comportement attendu en gérant tout un tas de paramètres pour y arriver.

    Exemple : le chien à tendance à utiliser le saut pour interagir avec l’humain.

    Possibilité numéro 1 : à chaque fois qu’il saute, vous criez « non ! », votre chien ne sait pas ce que vous attendez de lui, il sent votre agacement, et vous passez votre temps à dire « non, non, non… ».

Qui passe une bonne journée, en répétant « non » à longueur de temps ? Quel est l’impact du « non » sur la relation avec votre chien ? Sur l’estime que vous avez de vous en fin de journée, en tant qu’entraîneur, ou propriétaire de chien. C’est fatiguant, et cela donne clairement l’impression d’être en échec.

    Possibilité numéro 2 : à chaque fois que votre chien à les quatre pattes au sol, vous lui dites « oui » et vous lui donnez une récompense (friandise, caresse …). Votre chien sait maintenant ce que vous attendez de lui, et que s’il veut de l’attention c’est ce comportement qu’il doit adopter.

 Ainsi, nous allons pouvoir récompenser et renforcer toutes les situations dans lesquelles il interagira naturellement avec l’humain les quatre pattes au sol. Parce que oui il y en a, le chien ne vit pas h24, les quatre pattes en l’air.

    Personnellement j’aime terminer ma journée, en me disant que j’ai dit 158 « oui » plutôt que 252 « non », je sais alors que mon chien n’est pas qu’un démon à comportements dérangeants. Il me suffit de me remémorer les « oui » de la journée pour mettre en évidence que mon chien est super, que nous avons progressé, parce qu’aujourd’hui j’ai dit plus de « oui » qu’hier, et moins que demain. C’est encourageant, cela donne envie à mon chien de recommencer, il apprend avec plaisir et motivation, nous instaurons entre nous une relation de confiance.  Le « oui » devient alors un marqueur de bon comportement, au même titre que le Clicker, sauf que celui-ci, vous l’aurez toujours sur vous.

    Dégainez votre « oui » à chaque fois que vous le pouvez : en balade lorsque votre chien revient naturellement à vous, à la maison lorsqu’il va de lui-même dormir sur son couchage, pendant vos entraînements…  Usez et abusez du « oui » et vous verrez que vous aurez entre les mains un outil puissant d’éducation canine.

Elodie, 

Amity Dog 

Education et comportement du chien à Reims

amitydog51@gmail.com

06.44.28.79.32

Contactez moi

éducateur canin
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

SIRET 84449563000015 / RC PRO MMA  / CGV AMITY DOG®

Coyright 2020 - Création par Elodie Decouleur pour Amity Dog ®